Le Dernier frère, Nathacha Appanah

le-dernier-frere-livre-895477535_lAujourd’hui nous allons donc parler du livre Le dernier frère, de Nathacha Appanah. Un article un peu spécial puisqu’il rentre dans mes lectures parallèles tout en faisant partie d’une lecture du monde puisque Nathacha Appanah estnée à l’île Maurice. Du plus, cet article sera plus long que les autres car il est réalisé dans le cadre d’une fiche de lecture pour mes cours ! Bonne découverte !

Le dernier frère est le quatrième roman de Nathacha Appanah, publié en août 2007 aux éditions de l’Olivier. Il est ensuite publié en poche dans la collection Points en octobre 2008. L’auteur a reçu pour ce livre le prix du roman Fnac 2007, le prix des lecteurs de L’Express 2008, le prix de la Fondation France-Israël ainsi que le prix le prix Culture et Bibliothèque pour tous 2008.

Nathacha Appanah est née en 1973 à Mahébourg à l’île Maurice. Elle fut journaliste à l’île Maurice (Le Mauricien ainsi qu’au Week-End Scope). Elle arrive en France en 1998 et poursuit sa carrière de journaliste dans la presse écrite mais aussi à la radio. Elle publie son premier roman aux éditions Gallimard, intitulé Les Rochers de Poudre d’or en 2003. Elle a notamment reçu le prix RFO et le prix Rosine-Perrier pour ce roman.

Dans Le dernier frère nous suivons Raj à travers son enfance et sa rencontre avec David un jeune juif de dix ans. Raj est aujourd’hui un homme âgé et repense à son enfance.

« Raj, neuf ans, vit à l’île Maurice. David, dix ans, débarque de l’Atlantic avec une cohorte de juifs en exil. Derrière le grillage du camp de Beau-Bassin, Raj observe. Les boucles blondes et les yeux bleus de David le fascinent, le coup de foudre fraternel est immédiat. Impatients d’échapper à la gravité de leurs destins et à la violence de leurs univers, ils fuguent… »

Résumé quatrième de couverture collection Points.

  • Les thèmes.

Le dernier frère est un roman qui relate une histoire d’amitié entre deux jeunes garçons durant la Seconde guerre mondiale à l’île Maurice. Cette île est un personnage central dans l’œuvre romanesque de Nathacha Appanah, elle y apporte effectivement une importance particulière. Nombreux de ses personnages y évoluent et on la retrouve notamment dans son premier roman Les Rochers de Poudre d’or mais aussi dans Blue Bay Palace et bien sûr dans Le dernier frère, le livre qui nous intéresse. A travers l’histoire et les déplacements nous découvrons plusieurs villes comme Mapou ou encore Beau-Bassin. Les descriptions sont détaillées et profondes, on est sur l’île avec Raj, on voit la vie à travers ses yeux. Dans la continuité de la description de l’île, nous avons des explications sur le climat qui as une importance particulière sur l’île car le temps régis leur vie. Il a également son importance dans la première partie du roman lorsque Raj se trouve à Mapou. Finalement, on découvre « L’île » comme un personnage qui a sa place toute entière dans le récit.

« L’île n’est jamais le point de départ, mais n’est jamais un passage obligé non plus. C’est un personnage à part entière »

Reportage France Ô : C. Tortel, J.M. Mazerolle, N.Dalban

Le personnage principal, Raj, revient sur son amitié, son aventure et son histoire avec David un jeune juif arrivé sur l’île Maurice et emprisonné à Beau-Bassin alors qu’il est maintenant un vieil homme. Bien que le livre tourne autour de beaucoup de thèmes comme la famille, la guerre, la maladie, la violence, c’est le contexte historique qui est le plus marquant et qui se trouve être la base de l’intrigue. Nathacha Appanah nous dresse le portrait de l’île Maurice lors de la Seconde guerre mondiale on a donc un contexte historique extrêmement important qui régis le déroulement des choses, les évènements inévitables mais aussi les rencontres et ce qui est d’autant plus intéressant c’est que cette période de l’histoire est très peu étudiée et communiquée dans cette partie de l’océan Indien.

L’autre thème important dans ce livre se rapporte aux relations humaines qui sont omniprésentes. Que ce soit d’un niveau familiale ou amical, c’est un thème qui est mis en exergue par la particularité de ce roman : on se place tout au long de ces pages du point de vue d’un enfant. En effet, bien qu’on ait à faire à une analepse, on vit et on voit l’île à travers les yeux d’un jeune garçon de neuf ans. Ainsi cela nous laisse réfléchir sur ce qu’il se passe en raisonnant différemment que cet enfant mais tout en comprenant ses pensées et ses décisions. D’un autre côté, on garde à l’esprit qu’il conte son histoire alors qu’il est maintenant âgée de plus de soixante-dix ans. On voit donc à travers les yeux de Raj sa vie, la relation qu’il a avec son père, avec sa mère, avec les enfants de la ville mais surtout son amitié avec David. C’est l’élément principal du roman, c’est l’histoire. Il y a donc ce passage d’une très grande importance dans l’histoire qu’est la rencontre avec David, racontée avec les yeux d’un enfant :

hqdefault
Prison de Beau-Bassin île Maurice.

 « Je ne me souviens pas du moment exact où j’ai remarqué David. Peut-être était-ce quand il a marché vers les barbelés. J’ai d’abord vu ses cheveux magnifiques, cette masse qui flottait autour de sa tête… »

Extrait p.55

  • L’écriture :

C’est une écriture relativement simple qu’utilise Nathacha Appanah mais on pourrais la qualifier de double écriture : nous avons le récit raconté de Raj âgé de plus de soixante-dix ans mais aussi des paroles, des visions de quand il était encore un jeune garçon. On a donc un double regard sur l’histoire, sur le monde, sur le passé. D’un côté on a une vision enfantine des choses puis on a un avis revu, plus réfléchi du personnage principal après toutes ses années.

« Devant moi, la chemise blanche d’Anil battait et j’essayais de ne pas lâcher des yeux ce bout blanc. Il disait allons-y allons-y allons-y et puis, tout à coup, le temps d’un battement de paupière, plus rien. Plus de voix, plus de chemise devant moi. »

Extrait p.33 et p.35

Comme on peut le voir, il y a des répétitions comme ici avec la reprise de la chemise du frère de Raj. Les phrases ont une logique simple et sont caractérisées par l’oralité : ce ne sont pas des dialogues, le personnage revient sur ce qu’il a vécu on a un mélange des genres, un mélange de points de vue et un mélange d’écriture. Tout cela donne un caractère enfantin au récit avec un flux de pensées ininterrompu, un mélange d’avis, de point de vue. Dans le passage, on voit bien que Raj retranscrit ce que son frère lui disait sans guillemets, sans filtres, presque sans rédaction et cela se retrouve tout au long du roman. Cette écriture apporte énormément à la valeur du récit, c’est-à-dire que le fait que ce soit du point de vue d’un enfant et qu’on ait une certaine oralité apporte un aspect simple au niveau de la lecture mais fort au niveau de l’histoire.

Finalement c’est une écriture qui touche, qui plonge le lecteur dans l’île parce que les descriptions des lieux, des personnes sont simples et directes. Ce qui est tout de même paradoxale par rapport aux sujets traités qui sont assez violents. Raj nous dépeint la réalité de la vie sur l’île Maurice durant la seconde guerre mondiale. Violence conjugale, emprisonnement, mort… autant de thèmes forts qui se trouvent décuplés avec les yeux d’un enfant de neuf ans.

  • Les personnages :

Pour le personnage principal je le qualifierais d’observateur, Raj est observateur de sa vie parce qu’il se ressasse ce qu’il s’est passé durant sa jeunesse. On a donc cette position d’observateur, d’impuissance face à ce qu’ils ont vécus durant l’enfance de Raj.

On a ensuite des personnages représentant des valeurs, des idées : la violence pour le père de Raj qui bat sa femme, son fils mais il représente en général le mal dans les yeux de Raj malgré le fait qu’il le voit au début comme un homme fort. On a de l’autre côté sa mère qui représente l’amour mais aussi la connaissance avec les plantes, les remèdes qu’elle fait. On a donc avec ses deux parents la représentation du bien et du mal, de la violence et de l’amour.

Dans les autres personnages on a David qui représente l’amitié, la fraternité qui est très important pour le personnage principal.On n’a donc pas énormément de personnages mais qui représente des valeurs et des thèmes fort du roman. Ils ont tous un rôle à jouer, une présence importante.

Œuvres parallèles :

Pour citer d’autres œuvres me faisant penser à ce livre, il y a La Voleuse de livres de Markus Zusak, parce qu’on parle de la Seconde guerre mondiale, non plus dans les îles mais toujours du point de vue d’un enfant. Ici on suit une jeune fille, Liesel Meminger pendant cette guerre. Il y a également un film qui en a été fait :

                bm_18063_899735                   la-voleuse-de-livres_600C.jpg

C’est donc un livre que je conseille énormément que ce soit pour le cadre historique, les sentiments des personnages, les sujets traités… c’est un roman que j’ai trouvé très fort et je serais heureuse de partager cette lecture avec vous !

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s