La quête d’Ewilan : D’un monde à l’autre, Pierre Bottero.

Retour chez les parents signifie retour dans sa chambre et les retrouvailles avec sa bibliothèque de jeunesse. Et forcément, il y a un incontournable : Pierre Bottero. avt_pierre-bottero_2043

Pierre Bottero est né en 1964 et mort en 2009 lors d’un accident de moto. Il était d’abord un instituteur. Il s’est consacré entièrement à l’écriture à partir de 2005. Parmi ses oeuvres majeures, on peut citer : La quête d’Ewilan (trilogie) puis le monde d’Ewilan (trilogie), L’Autre (trilogie), Ellana (trilogie) et Les Âmes Croisées Toutes ces triologies ont un lien. Ellana est un focus sur le personnage d’Ellana présente dans La Quête d’Ewilan et Le Monde d’Ewilan.

À part pour La Quête d’Ewilan (à lire en premier) et Le Monde d’Ewilan, on peut lire ces trilogies sans suivre l’ordre de parution. J’ai découvert cet auteur avec le dernier tome de L’Autre quand j’avais 9 ans je pense. Je l’ai lu très vite et ce qui m’avait plus est l’univers de la trilogie. Concernant La Quête d’Ewilan, je l’ai découvert un peu plus tard.
Je l’ai lu aux éditions Rageot et au format poche.
Voici le résumé de l’éditeur :
« La vie de Camille bascule quand elle pénètre dans l’univers de Gwendalavir où des créatures menaçantes la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Elle est l’héritière d’un don fabuleux qui peut s’avérer décisif dans la lutte de son peuple pour reconquérir sa liberté. Aidée de Salim et de nouveaux compagnons qui ont pour noms Edwin et Ellana, Ewilan affermit son Don et part à la recherche de ses parents, captifs d’Eléa Ril’ Morienval… »

Donc tout commence lorsque Camille, une jeune lycéenne adoptée, va se retrouver dans un « monde parallèle » alors qu’un camion lui fonçait dessus. Avec son meilleur ami Salim, elle va chercher à comprendre quel est ce monde, à comprendre qui elle est réellement. Camille est une élève très en avance pour son âge. Elle adore découvrir de nouvelles choses et a un esprit rationnel ce qui va ensuite lui faire défaut lorsqu’elle va se retrouver dans ce nouveau monde. Salim est un lycéen aussi. Il connaît Camille depuis longtemps. C’est un garçon blagueur qui va toujours redonner le sourire à Camille. L’amitié qui les lie est vraiment très belle. Salim sera toujours là pour son ami dès qu’elle doutera ou n’aura plus la motivation de se battre. C’est la première raison pour laquelle j’aime ce livre. Pierre Bottero décrit une amitié qui va durer en nous montrant les hauts et les bas.
Tout au long de ce premier tome, on a les notions de base nécessaire à la compréhension de l’univers. Pour vous les expliquer, je vais vous mettre les citations :

L’imagination :

« L’imagination est une dimension. Les innombrables chemins qui la parcourent sont les spires. Ceux qui les empruntent sont les dessinateurs. Ils peuvent rendre réel tout ce qu’ils imaginent.”
Elis Mil’Truif, maître dessinateur à l’Académie d’Al-Jeit »

L’art du dessin :

« Le Don, ou l’Art du Dessin, existe grâce à trois forces, la Volonté, la Créativité et le Pouvoir. Ces trois forces existent en chacun de nous, mais souvent de manière trop embryonnaire ou disproportionnée pour que leur possesseur soit un dessinateur. »

Ainsi, dans ce monde : en Gwendalavir, Camille va découvre son don et apprendre à s’en servir pour pouvoir avancer dans sa vie. Salim et elle vont faire des allers retours entre notre monde et en Gwendalavir. Ils vont se retrouver dans des situations drôles car le temps passé en  Gwendalavir équivaut au temps passé dans notre monde. Donc ils sont disparus de ce monde là. Puis on avance dans le roman, plus les deux lycéens vont rester en Gwendalavir pour que Camille réussisse sa quête que je ne vous dévoile pas. Cette quête est une quête d’identité. C’est la deuxième raison pour laquelle j’ai aimé ce livre. Elle nous fait réfléchir sur soi et les objectifs que l’on se fixe.
La dernière raison de mon amour (oui oui oui ça va jusqu’à l’amour) de cette série est la poésie présente, omni présente. Dans son écriture, l’auteur montre sa sensibilité et cela ne peut que nous émouvoir. On s’attache tout autant aux personnages qu’à l’univers des livres. On est transporté dans un monde très précis, sans incohérence. On se laisse porter par les péripéties des héros. Et ce que j’adore aussi c’est qu’on peut relire les trilogies à plusieurs âges sans perdre la beauté de l’oeuvre. À chaque moment de notre vie, on va en ressortir grandi. Chacun en tire quelque chose peu importe l’âge. C’est un livre d’aventure avec des valeurs que je trouve essentielles comme l’amitié.

Je recommande ce livre dès 9ans pour les grands lecteurs. Vous verrez, vous en ressortez complétement changés. J’ajoute aussi que les romans sont en train d’être adaptées en BD !

« Et l’enchanteur, maître des mots et des fleurs, naquit, enfant sage au milieu des tumultes. »

« Je suis un incompris; là où je sème l’art et la beauté du verbe, je ne récolte que l’indifférence ou l’irritation d’individus totalement dépourvus de grandeur d’âme! »

J.

Publicités

2 réflexions sur “La quête d’Ewilan : D’un monde à l’autre, Pierre Bottero.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s